INFORMATIONS OUBLIÉES?

118-1

Il existe beaucoup de zones d’ombre dans la vie de Giacomo Carissimi, dont on ne connaît que les grandes lignes.

Son père, Amico (1548-1633) exerce la profession de tonnelier. Il se marie avec Livia (1565-1622) le 14 mai 1595. Ils ont 7 enfants. Giacomo est le plus jeune. La date de sa naissance, à Marino près de Rome, n’est pas connue : elle se situe en 1605 ou, au plus tôt, en 1604[2]. Il étudia le chant et l’orgue à la cathédrale de Tivoli, travailla à Assise avant de s’installer à Rome.

Giacomo Carissimi s’établit à Assise, où il exerce la fonction de maître de chapelle à la cathédrale San-Ruffino entre 1628 et 1629[1].

Il fut maître de chapelle à l’église du Collegio germanico à Rome de 1629 à sa mort. Il fut invité à Venise et à Vienne (Autriche) mais il déclina les postes proposés. Il eut de nombreux élèves dont Marc-Antoine Charpentier et Alessandro Scarlatti.

Choisi pour maître de la chapelle pontificale en 1649, il introduisit dans les églises l’accompagnement de la musique instrumentale, et fut le premier qui employa la cantate pour des sujets religieux. Il rencontre en 1656 la reine Christine de Suède en exil et composa de nombreuses pièces profanes en son honneur.

La plupart de ses œuvres romaines ne sont connues que par des copies, les autographes ayant été dispersés ou détruits après la dissolution de l’ordre des jésuites en 1773.

Il reste pour ses héritiers le plus grand compositeur du XVIIe siècle (« le plus grand compositeur que l’Italie ait produit » d’après Pierre Bonnet en 1715)

On a de lui des messes, des oratorios, des motets et des cantates. On remarque surtout ses cantates le Sacrifice de Jephté et le Jugement de Salomon, son motet Turbabuntur impii.

Source wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Giacomo_Carissimi

 

184-1

Né en 1966 en Belgique, Yves CARLIN commence l’étude de la guitare à l’âge de 8 ans et la batterie à l’âge de 9 ans à l’académie de La Louvière, puis celle de Morlanwelz.

Il poursuit ses études au Conservatoire Royal de Musique de Mons où il obtient un Diplôme Supérieur en guitare et en percussion, et un Premier Prix de musique de chambre.

Il a été percussionniste à l’Orchestre Symphonique de la R.T.B.F. de 1985 à 1991, orchestre avec lequel il a fait des tournées à Charleston et en Allemagne ainsi que de nombreuses émissions de télévision et des enregistrements de disques. Il a aussi travaillé au sein de l’Orchestre National de Belgique et de l’Orchestre de Chambre de Wallonie. Son parcours professionnel l’a amené à accompagner Odair et Sergio Assad ainsi que Jean-Felix Lalanne, Enrico Macias, Jean Vallée, Jeanne Manson, le Golden Gate Quartet etc…Il a également travaillé sous la direction de Léo Brouwer.

Compositeur de plus de 700 partitions musicales, pour guitare, percussions, flûte traversière, clarinette, saxophone et musique de chambre, il est édité en Belgique, en France, en Hollande, au Canada et aux U.S.A.

Il est professeur de guitare classique, guitare électrique, guitare basse et percussions.
Sa devise est : « Il faut jouer de la musique sérieusement sans se prendre au sérieux… »

161-1

Ferdinando Maria Meinrado Francesco Pascale Rosario Carulli, ou plus simplement Ferdinando Carulli (né le 9 février 1770 à Naples et mort le 17 février 1841 à Paris) était un guitariste et compositeur italien, qui fut l’un des plus célèbres compositeurs pour guitare classique du XIXe siècle.

Il est l’auteur de la première méthode complète de guitare classique, encore en usage aujourd’hui.

Source Wikipédia

8-1

En cours d’actualisation

142-1

Jean Cassignol est diplômé en saxophone et en flûte.

En 1976, il a été finaliste du concours de flûte à bec Paetzold de Munich. En 1997 il a reconstruit un concerto pour flautino d’Antonio Vivaldi (RV 312R) que le compositeur avait initialement terminé pour le violon et qui a été enregistré à ce jour par Dorothee Oberlinger et Sébastien Marq.

Cassignol a adapté de nombreux solos, duos et musique de chambre pour flûte à bec et flûte traversière qui sont édités en France, en Allemagne et en Suisse. Il a également écrit plusieurs articles de l’encyclopédie Lexikon der Flöte (éditions Laaber, 2009).

Les recherches poursuivies avec Michel Démarez l’ont fait s’intéresser à un nouveau répertoire de pièces de concert pour flûte.

212-1

Manuel Cerda Ortiz est né en 1949 à La Barca, Jalisco au Mexique.
Pianiste (formé par le Maître Leonor Montijo) et ayant reçu une solide formation en écriture musicale (contrepoint, fugue, harmonie, orchestration, arrangement…) il se produit dans plusieurs récitals…
Actuellement, Manuel Cerda Ortiz est professeur à l’Université de Guadalajara.
Il a écrit de nombreuses oeuvres orchestrales, musique de chambre, concerto pour clarinette et orchestre, oeuvres pour choeur et de nombreuses oeuvres pour solistes.
De nombreux orchestres prestigieux ont interprétés et enregistrés ses compositions (Orchestre Philharmonique de Mexico, Queretaro Philharmonic, Orchestre Philharmonique de Jalisco, Symphonic Band de Aguascalientes…).
Le guitariste Muricio Diaz Alvarez a interprété en 2012 (en 1ère mondiale à l’Opéra House du Caire en Egypte) sa Suite n°1 pour guitare.

72-1

Ignacio Cervantes (1847-1905) représente l’apogée de la musique cubaine de la seconde moitié du dix-neuvième siècle.
Ses recueils de danses pour piano constituent une synthèse parfaite de la grande tradition pianistique romantique et des caractéristiques nationales de la musique cubaine.

203-1

Né en 1960, professeur de guitare depuis 25 ans dans la région lyonnaise, titulaire du Diplôme d’Etat, compositeur de pièces pour guitare, d’une méthode destinée aux toutes premières années, Hugues CHAFFARDON est aussi auteur-compositeur de chansons et parolier.

Il s’implique actuellement au sein d’un duo saxophone/guitare, d’un groupe de musique tzigane et d’un spectacle pour enfants.

Comme beaucoup de guitaristes, le répertoire riche de la guitare classique a emmené Hugues CHAFFARDON à être curieux d’autres styles, à comprendre leurs influences, cet aller-retour entre musiques « savantes » et populaires…

En tant que musicien et professeur, il a appris à les jouer, à les faire partager.
Ces quelques compositions sont donc influencées par ce large et nouveau répertoire. Ce sont aussi des reflets d’émotion, des « carnets de route »  ou souvent les lieux font naître des mélodies et des atmosphères.

Chaminade

Cécile Chaminade est une compositrice et pianiste française née à Paris le et morte à Monte-Carlo le 13 avril.

Née dans une famille aisée, elle révèle très jeune des dons musicaux que sa famille s’empresse de cultiver. Elle travaille en privé avec Le Couppey, Augustin Savard, et Martin-Pierre Marsick. Elle étudie avec Benjamin Godard la composition. Elle reçoit les encouragements de Camille Saint-Saëns, Emmanuel Chabrier tandis que Georges Bizet, un ami de la famille, l’encourage à se présenter au Conservatoire. À dix-huit ans, elle donna son premier concert2. En 1901 elle épouse Louis-Mathieu Carbonel éditeur de musique.

Après un timide début avec la première de son Trio no 1 pour violon, violoncelle et piano, opus 11 (1880), elle donne, en 1888, trois partitions symphoniques : le ballet Callirhoë, opus 37 à Marseille, un Concerstück pour piano et orchestre, opus 40 (actuellement en CD VoxBox CDX 5110 – French Piano Concertos – 1980) et une symphonie dramatique avec chœurs intitulée Les Amazones, opus 26 à Anvers.

Sa production est importante et on peut citer les ouvrages suivants : une Suite d’orchestre (1881), un opéra-comique La Sévillane opus 10 (1882), un Trio no 2 pour violon, violoncelle et piano, opus 34 (1887) et sur commande du conservatoire un Concertino pour flûte et orchestre, opus 107 sa dernière œuvre symphonique.

Son œuvre comporte également 200 pièces pour piano de style romantique avec, notamment, une Sonate en Ut mineur pour piano, opus 21 ; Étude Symphonique, opus 28 ; Six Études de concert, opus 35 (Scherzo, Automne, Impromptu…) ; Les Sylvains, opus 60 ; Arabesque, opus 61 ; Six Romances sans paroles, opus 76 (Méditation, Idylle…) ; Étude mélodique, opus 118 ; Pêcheurs de nuit, opus 127 (no 4 des Poèmes Provençaux) ; Romance, opus 137 ; Au pays dévasté, opus 155 ; Nocturne, opus 165, etc.

Elle compose aussi environ 150 mélodies dans le style de salon.

Elle débute aux États-Unis en interprétant son magnifique Concerstück avec l’orchestre de Philadelphie le 7 novembre 1908.

Elle a été une concertiste appréciée particulièrement en France et en Angleterre.

Elle est enterrée au cimetière de Passy.

Source : Wikipedia

121-1

Mina Chanou commence ses études musicales en Grèce, à l’âge de 4 ans.
Titulaire d’une bourse, elle reçoit l’enseignement de L.Boyajieva et L. Stoyanova.
En 1988 elle remporte le concours national de piano (X.O.N.-Athènes),et en 1993 obtient son diplôme de piano et d’harmonie avec les félicitations et donne son 1er récital.

Egalement compositrice, elle gagne trois prix au concours national de composition Athènes 1994 et depuis reçoit plusieurs commandes.
Après son baccalauréat, elle s’installe à Paris où elle obtient le 1er prix de la ville à l’unanimité en piano, ainsi que son prix de musique de chambre.

Elle poursuit ses études au C.N.R. de Rueil pour un cycle supérieur en piano et en
composition. Le C.N.R. a présenté l’oeuvre de M.Chanou pour chorale et orchestre au théâtre de Malreaux, en 2000.
La même année, elle sort son premier disque en sonate avec l’altiste F. Martigné, qui contient des pièces classiques ainsi que des compositions personnelles.
Elle participe également à des nombreuses master classes de musique classique et jazz.
Passionnée de l’écriture musicale, elle compose pour diverses formations, pièces de théâtre, ainsi que des recueils pédagogiques.
C’est la pianiste officielle du quatuor « Madreselva » (musique tango).

Actuellement, Mina Chanou est professeur de piano et de musique de chambre au conservatoire de Colombes.
En 2010 elle gagne le prix d’excellence du concours international de composition « artistes en herbe », au Luxembourg.

MA_Charpentier_II

Marc-Antoine Charpentier, né en Île-de-France1 en 1643 et mort à Paris le , est un compositeur et chanteur baroque français.

Il se rend en Italie (selon une légende, pour faire des études d’architecture), mais il tombe sous l’influence du compositeur Giacomo Carissimi. Il restera marqué par le style italien et sera le seul avec Jean-Joseph Cassanéa de Mondonville en France à aborder l’oratorio2.

En 1672, Jean-Baptiste Lully obtient un privilège qui fait défense à toutes personnes « de faire chanter aucune pièce entière en France, soit en vers françois ou autres langues, sans la permission par écrit dudit sieur Lully, à peine de dix mille livres d’amende, et de confiscation des théâtres, machines, décorations, habits…3. » Molière, qui avait collaboré avec Lully durant les huit années précédentes, doit trouver d’urgence un nouveau compositeur pour effectuer les intermèdes musicaux de ses comédies-ballets. Après avoir obtenu du roi un adoucissement du monopole de Lully, il s’adresse à Charpentier pour composer la musique des entractes de Circé et d’Andromède, ainsi que des scènes chantées pour les reprises du Mariage forcé, et enfin les pièces musicales du Malade imaginaire, qui occupent environ une heure du spectacle4.

À la mort de Lully, en 1687, les compositeurs français peuvent enfin composer des opéras. En 1693-1694, Charpentier compose alors Médée, sur un poème de Thomas Corneille. C’est un échec, qui sera déterminant dans sa carrière de compositeur : il se consacrera désormais à la musique religieuse.

À la mort de Mademoiselle de Guise en 1688, Charpentier fut employé par les jésuites dans leurs établissements parisiens. Il devient maître de musique du collège Louis-le-Grand, puis de l’église Saint-Louis, rue Saint-Antoine, près de la Bastille C’est à cette époque qu’il composa la majeure partie de son œuvre sacrée.

En 1698, Charpentier fut nommé maître de musique des enfants de la Sainte-Chapelle du Palais.

La suite sur Wikipédia…

246-1

Pascal Charton (CMHC ER) est né le 1ermars 1954.
Il a fait une carrière de chef de musique militaire, ou il a notamment dirigé la musique des Transmissions (ex 8° RT) à Versailles et la Musique de L’Infanterie à Lyon.

Il est titulaire d’une médaille d’or de trombone et musique de chambre du conservatoire de Troyes.

Pascal Charton A travaillé l’écriture avec Jeannine Rueff, l’ orchestration avec Patrice Sciortino et la direction avec Jean-Jacques Werner.

Il compose des pièces pour orchestre d’harmonie, batterie-fanfare ainsi que des pièces instrumentales.

9-1

Claudine CHEVANCE-ROUFFIAC est – depuis 1970 – professeur de Formation Musicale au Conservatoire de Musique de Fontenay-sous-Bois. Dans le meme Conservatoire, elle dirige depuis 1976, la Chorale ''ANIMA FONTIS'' (nombreux concerts avec orchestre, divers style abordes). Ses études musicales sont jalonnées par de nombreuses récompenses ; Médaille d'Or de solfege au Conservatoire National Supérieur de Paris, Certificat d'Aptitude de Formation Musicale, Médaille d'Or de flute traversiere au Conservatoire National de Region de Versailles (Classe de R.BOURDIN). Mais également par ; des études poussées dans le domaine de la technique vocale et de la direction de choeur avec R.MILLER, P.CAO, P.CAILLARD, S.CAILLAT au Centre d'Art de Paris Ile-de-France, de Prix Internationaux de Musique de Chambre dans les académies de Sienne, Colmar et de Salzbourg, d'études complementaires en harmonie et contrepoint au C.N.S.M, d'une Licence d'Enseignement à l'Ecole Normale de Musique de Paris (Classe de R.GIANOLI). L'enseignement demeure neanmoins l'une de ses passions…

57-1

Frédéric François Chopin (Polonais : Fryderyk Franciszek Chopin)[1] est un compositeur et pianiste polonais [2] de père français[3], né le 1er mars 1810 à Zelazowa Wola, dans le Duché de Varsovie (actuelle Pologne)[4], et mort le 17 octobre 1849 à Paris[4].

Frédéric Chopin est l’un des plus célèbres[5] pianistes virtuoses du XIXe siècle et un grand compositeur de musique romantique.

Sa musique est encore aujourd’hui l’une des plus jouées et demeure un passage indispensable à la compréhension de la musique au piano.

Il est, avec Franz Liszt, le père de la technique pianistique moderne et l’origine de toute une lignée de compositeurs : Gabriel Fauré, Ravel, Debussy, Rachmaninov, Scriabine[5].

(source Wikipédia) https://fr.wikipedia.org/wiki/Chopin

Cinus sur site

Professeur de guitare depuis maintenant vingt ans, Laurent Cinus a enseigné en Lorraine (Ennery, Bousse, Delme et Gandrange), en Picardie (Villers-Bretonneux, Corbie et Lihons).
Il enseigne actuellement en Auvergne.
Violoniste de formation, Laurent Cinus a d’abord abordé l’étude de la guitare en autodidacte avant de se perfectionner –dans le cadre d’études en Musicologie- auprès de Frédéric BERGERET au conservatoire de Metz.
Compositeur, Laurent CINUS  cherche par le biais de la publication à faire connaitre ses œuvres auprès d’un plus large public.

217-1

George Linus Cobb était un compositeur américain de musique ragtime né en 1886. Il est connu pour son importante contribution au genre incluant compositions instrumentales et chansons. Il publia aussi des valses et des marches. Son morceau le plus célèbre est son « Russian Rag » de 1918. L’œuvre de Cobb comporte plus de 200 compositions. Il est mort le 25 décembre 1942, à l’âge de 56 ans.

Source : Wikipedia

cocherel-sur-site

Nolwenn COCHEREL LE NET est née en Bretagne en 2000.

Elle commence l’éveil musical à 4 ans, puis à 7 ans, le piano.
Passionnée par sa culture natale, elle commence à composer à l’âge de 15 ans des oeuvres pour piano aux couleurs bretonnes.

Nolwenn obtient quelques premiers prix dans des concours de piano, notamment un 1er Prix avec félicitations du jury, catégorie « composition » au concours du Guilvinec (29).

Lauréate du concours organisé par le Parnasse et les Editions Soldano, sa composition pour piano intitulé « Rose des vents » est proposée aux concours Steinway & Sons.

10-1

Né en 1950 à Cherbourg, Jean-Emile COLLON a commencé l’étude du piano au sein de l’école municipale de musique de cette ville dans la classe de Jeanne BOUCHARD-ABBADIE.

Il a ensuite continué ses études en Musicologie à Paris à la Sorbonne.Il a enseigné la musique à l’Education Nationale avant d’être nommé directeur de l’Ecole Municipale de Musique de VALOGNES dans la Manche.

Pianiste, il s’est longtemps produit en solo et a joué dans diverses formations en Normandie et en Bretagne.

Compositeur, il écrit pour tous les instruments des pièces inspirées de ses voyages. Il est également plasticien (collagiste).

 

11-1

Pianiste, arrangeur et compositeur, Geoffroy COLSON a étudié le piano et l’orgue classique avant de découvrir le jazz et les musiques improvisées. Pratiquant également le saxophone, il a ensuite suivi les cursus professionnels de l’IACP (Paris) et de la NAMM (Milan) tout en travaillant avec Katy ROBERTS, pianiste de jazz américaine installée à Paris.
Sa démarche artistique est depuis longtemps caractérisée par une recherche personnelle sur le métissage des musiques (il a notamment autoproduit en 2001 un CD de compositions originales basées sur le jazz et les musiques d’Amérique Latine), par le désir d’abolir les frontières stylistiques, et par la surprise, sans cesse renouvelée, créée par l’improvisation. De Montpellier à Saint Raphaël, en passant par Rennes, Paris, Milan et Tahiti, Il a eu l’occasion de se produire dans des styles aussi variés que le jazz, le classique, la variété, la chanson à texte, le rock, le reggae.
Depuis 1995 il enseigne également le piano, la formation musicale, l’harmonie et l’arrangement, notamment à l’Ecole de Musique Jacques MELZER de Fréjus et au travers de sa propre structure, Aremiti Musiques.
Il est également pianiste attitré de l’Hôtel le Beauvallon***** de Sainte Maxime (83).

12-1

Mathieu Comelli naît en 1966 à Montbéliard, guitariste, compositeur, concertiste.

A obtenu un 1er prix de Guitare Classique et de Musique de Chambre à l’ENM d’Issy les Moulineaux ainsi qu’un DEM Jazz à l’ENM de Cachan.

Il est actuellement professeur titulaire au Conservatoire J-S Bach de Bussy St Georges et à l’école de musique  » La Courée  » Collégien.

 

HAUT