INFORMATIONS OUBLIÉES?

MENDELSSOHN Félix

120-1

Parmi ses œuvres les plus célèbres, on peut citer le Songe d’une nuit d’été, le concerto pour violon en mi mineur op. 64, les symphonies no 1, no 3 dite « Écossaise » (en fait la 5e dans l’ordre de composition), et no 4 « Italienne » (3e dans l’ordre de composition), ainsi que quelques unes de ses 64 romances sans paroles pour piano.

Malheureusement la connaissance de Mendelssohn se limite bien souvent à ces œuvres, alors qu’il a composé nombres d’autres chef-d’œuvre, ou du moins d’œuvres d’une très grande beauté. Parmi celles-ci, on trouve les variations sérieuses pour piano op. 54, véritable chef-d’œuvre de la composition pianistique du XIXe siècle et dans laquelle s’exprime tout le génie de Mendelssohn. D’autres œuvres maîtresses de Mendelssohn sont les deux trios avec piano op. 49 en ré mineur et op. 66 en ut mineur. Si la réputation du premier trio n’est plus à faire, en revanche le deuxième trio reste assez méconnu du grand public, alors qu’il est aussi beau, si ce n’est plus que l’opus 49, avec son premier mouvement d’une grande intensité dramatique, son scherzo endiablé typiquement mendelssohnien, et son final incluant un choral, à l’instar de la 5e symphonie, Réformation. Ces deux trios pour piano s’inscrivent entre ceux de Franz Schubert (et le magnifique op. 100) et ceux de Johannes Brahms, on y retrouve les mêmes sonorités que dans le concerto pour violon, celles d’un Mendelssohn au sommet de son art, plus profond, plus romantique, magnifique synthèse des acquis classiques et du romantisme allemand.

Enfin, on peut aussi citer l’octuor à cordes op. 20, œuvre qu’il a composée à l’âge de seize ans, et qui reflète déjà une grande maturité, les sept quatuors à cordes, et plus particulièrement les quatuor op. 44 (trois quatuors) et op. 80, les deux concertos pour piano et grand orchestre op. 25 et op. 40, les sonates pour violon et violoncelle. Bien qu’il n’ait pas eu de succès avec ses opéras de jeunesse, Mendelssohn excelle également dans la musique vocale, ce qui est particulièrement sensbible dans le Songe, dans les Psaumes (le magnifique Ps. 42, Op. 42), la 2e symphonie et les oratorios Elias et Paulus.

Mendelssohn était considéré de son vivant comme le plus grand compositeur européen, et son grand ami Robert Schumann lui vouait une admiration sans borne. Il est sans aucun doute l’un des plus grands génies musicaux, aussi bien en tant que compositeur, que pianiste (c’était un formidable enfant prodige, à l’égal de Mozart et Saint-Saëns) et que chef d’orchestre, du XIXe siècle.

Le style musical de Mendelssohn, à la fois lyrique et très travaillé sur le plan formel (avec l’utilisation fréquente d’ostinato), cédant plus tard la place à l’emploi de dissonances et de contrastes incisifs, fait de lui l’un des compositeurs essentiels du XIXe siècle. Ses sonorités orchestrales sont toujours très colorées et raffinées, et il était devenu le maître du scherzo, toujours d’une grande vivacité (octuor, quatuors, trios, Songe d’une nuit d’été, La Première Nuit de Walpurgis, finals des concertos…).

On lui doit les redécouvertes de la Passion selon saint Matthieu de Jean-Sébastien Bach, de Georg Friedrich Haendel et de la 9e symphonie de Franz Schubert La Grande dont il dirigea la première exécution au Gewandhaus de Leipzig en 1839. Ses détracteurs lui reprochent parfois d’écrire une musique parfaitement correcte et policée, visant avant tout à rester dans le domaine du convenable, en évitant toute prise de risque. Son exemple n’en atteindra pas moins cependant une rare élégance, tant dans la reconnaissance des talents d’autrui, que dans l’extrême finesse de son style, obtenue par des moyens d’une grande sobriété.

Source wikipédia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Felix_Mendelssohn_Bartholdy

 

Toutes les pièce(s) de l’auteur
Niveaux Titre Extra
Concert en trio -VOLUME 2 (deux flûtes -ou deux flûtes à bec- et guitare)
CASSIGNOL Jean, DELIBES Léo, DEMAREZ Michel, MENDELSSOHN Félix, SAINT-SAENS Camille
Divertissement sur la symphonie italienne (quatuor de saxophones)
CHARTON Pascal, MENDELSSOHN Félix, SAINT-LEGER Pascal
Marche nuptiale (flûte, violons, alto et violoncelle)
MENDELSSOHN Félix, PLAYS Jean-Bernard
Romance sans paroles (duo de guitares)
COMELLI Mathieu, MENDELSSOHN Félix
Romance sans paroles opus 38 n°2 (quatuor de guitares)
de SOUSA ANTUNES Quitó, MENDELSSOHN Félix
HAUT