INFORMATIONS OUBLIÉES?

MACDOWELL Edward

MacDowell

Edward MacDowell suit d’abord des leçons privées aux États-Unis, notamment auprès de la pianiste et compositrice Teresa Carreño (à laquelle il dédiera en 1885 son second concerto pour piano). Sa famille s’installant en France en 1876, il étudie au conservatoire de Paris, avec Antoine François Marmontel et Marie-Gabriel-Augustin Savard, entre 1877 et 1879. Cette dernière année, il poursuit sa formation en Allemagne, au Conservatoire Hoch de Francfort, où il est jusqu’en 1882 l’élève de Carl Heymann pour le piano et de Joseph Joachim Raff pour la composition. Il étudiera également au conservatoire de Wiesbaden auprès de Louis Ehlert et enseignera à son tour le piano durant une année au Conservatoire de Darmstadt.

En 1879, MacDowell fait une rencontre déterminante, celle de Franz Liszt (par l’intermédiaire de son professeur Raff, lui-même ancien élève du vieux maître). Comme il l’a fait avec bien d’autres, Liszt encourage le jeune homme qui lui présente ses premières compositions, et surtout, les fait publier et jouer. Ainsi, son premier concerto pour piano de 1882 est créé la même année à Zurich, grâce à Liszt, auquel la partition est dédiée.

En 1884, il épouse une de ses élèves pianistes, Marian Griswold Nevins, avec laquelle il reste installé dans un premier temps en Allemagne (MacDowell se consacrant alors presque exclusivement à la composition) jusqu’en 1888, année où le couple regagne les États-Unis – en raison surtout de difficultés financières – et s’établit à Boston (où cette fois, le mari doit gagner sa vie comme pianiste). En 1896, les époux déménagent à New York, où le compositeur enseigne la musique à l’université Columbia jusqu’en 1904. Cette année-là, il est l’un des sept membres fondateurs de l’Académie américaine des arts et des lettres1. Mais, toujours en 1904, il est victime d’un accident de la circulation (renversé par une calèche) qui affecte irrémédiablement ses capacités mentales – donc créatrices –, le réduisant à l’inactivité et au silence (comme Maurice Ravel une trentaine d’années plus tard) jusqu’à son décès prématuré en 1908.

Outre ses activités de compositeur, de pianiste et d’enseignant, il sera également chef d’orchestre et dirigera ainsi l’Orchestre symphonique de Cincinnati et l’Orchestre symphonique de Boston.

Comme compositeur (dans la veine des pianistes-compositeurs romantiques, tel Sergueï Rachmaninov après lui), on lui doit évidemment de nombreuses pièces pour piano – des compositions originales et aussi des transcriptions –, deux concertos pour piano (sans doute parmi ses œuvres les mieux connues), des mélodies pour voix et piano, des morceaux pour chœurs a cappella ou avec accompagnement instrumental, et quelques œuvres pour orchestre (notons ici qu’il cesse de composer pour l’orchestre en 1895).

Source : Wikipedia

Toutes les pièce(s) de l’auteur
Niveaux Titre Extra
To a wild rose (quatuor de guitares)
de SOUSA ANTUNES Quitó, MACDOWELL Edward
HAUT