INFORMATIONS OUBLIÉES?

BLET Stéphane

Blet sur site

Disciple du grand pianiste américain Byron Janis1 qui découvre en lui un talent exceptionnel et l’invite à New York dans les années 1980, Stéphane Blet débute dès 1986 une brillante carrière de concertiste international.

Ses récitals à la Salle Gaveau ou au Théâtre des Champs-Élysées lui valent un immense succès du public, comme lors de son mémorable « marathon Franz Liszt » en février 1987 où il est bissé plus de trente minutes, ce qui fera dire au critique musical Pierre Petit : « Stéphane Blet, c’est plus que du simple piano, c’est la musique elle-même ».

Dès l’âge de quinze ans, il enregistre son premier disque, exclusivement consacré à Franz Liszt. Il est concertiste également depuis l’âge de quinze ans2.

Il signe un an plus tard avec Philips Classics, pour qui il enregistre deux nouveaux CD, toujours consacrés au compositeur hongrois, avec entre autres la Sonate pour piano en si mineur, sélection des « meilleurs CD Diapason 1989 », qui fera écrire à André Boucourechliev : « De son corps à corps avec l’œuvre naît une superbe architecture, scandée tour à tour par la majesté et le lyrisme le plus intense. Et quelle sonorité ! […] On apprécie le véritable musicien et sa merveilleuse compréhension de l’œuvre […] on oublie tout pour s’adonner à l’émotion… c’est l’état de grâce ! ». Quant à Carlo Maria Giulini, il soulignera « une technique stupéfiante et le plus beau son de piano ».

C’est alors le début d’un large discographie d’une quarantaine de CD pour différents labels.

Parallèlement, Stéphane Blet a composé plus de 300 œuvres, pour piano, violon, orchestre, voix humaine, publiées par les éditions Alphonse Leduc, Lemoine, Combre, Zurfluh, Durand-Eschig, Soldano, Lafitan, Fertile plaine etc., qui connaissent un vif succès, interprétées et enregistrées par des pianistes tels Cyprien Katsaris, Alexander Paley, İdil Biret, Evelina Borbei, Natalia Sitolenko, Jean Muller.

En 1993, il crée l’événement en transcrivant intégralement pour piano seul la monumentale Faust Symphonie de Liszt, ce qui lui vaudra plusieurs prix dont celui de l’Association Franz Liszt. Il compose également un grand cycle de « Rhapsodies turques et ottomanes » et se voit décoré en 1996 par le gouvernement turc pour ce travail.

Il a participé au jury de l’École normale de musique de Paris, avant d’y être nommé professeur en 2001. Il a également présidé un grand nombre de concours internationaux, dont le Concours International de Piano d’Istanbul, qu’il a créé en 2013.

Il est aussi l’auteur d’une quinzaine d’ouvrages musicologiques à propos des œuvres de Frédéric Chopin, Erik Satie, Franz Liszt, et Robert Schumann, ainsi que d’une méthode de piano, Le Voyage Magique (d’après un concept américain) parue aux éditions Leduc.

Stéphane Blet est également vice-président de l’Académie du disque lyrique3, et créateur du prix « Grand Orphée d’Or Leyla Gencer » en 2010, en hommage à la grande cantatrice turque.

Il a reçu en France la médaille d’Or de la Société d’encouragement au progrès au Sénat, et a été élevé au grade de Chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres par le gouvernement français en juillet 20054. L’ACEG (SACEM) lui a décerné le prix de « pianiste de l’année » en 2007. Le magazine Marianne l’a célébré comme le « Roi du Clavier ».

Toutes les pièce(s) de l’auteur
Niveaux Titre Extra
Babalon 667 (piano)
BLET Stéphane
Deux pièces en forme d’étude (piano)
BLET Stéphane
Inferno (deux pianos)
BLET Stéphane
Jeux (piano)
BLET Stéphane
Joker II (Piano)
BLET Stéphane
Sonate n°10 (piano)
BLET Stéphane
Sonate n°9 (piano)
BLET Stéphane
Trois rêves (piano)
BLET Stéphane
HAUT