INFORMATIONS OUBLIÉES?

Articles de « Traversières Magazine n°101″

logo traversiere mag numero 105

Articles de « Traversières Magazine » n°101

Les Editions Soldano :

Flûte et guitare(s) :

« Lueur d’espoir » : (Jean-Bernard Plays et Frédéric Ponthieux)
« Simple, variée et attrayante, cette courte page sera une récréation musicale appréciée… »

Flûte et piano :

« A 2 ou à 3″ : (Benoit Boivin)
« Cousine de Take Five de Dave Brubeck, si l’alternance de mesures à deux ou trois temps rend son exécution parfaitement délicate,elle exaltera l’enthousiasme des jeunes flûtistes désirant sortir du classique… »

« Pour commencer / Pour terminer » : (Benoit Boivin)
« Ce diptyque est encore bien plus périlleux techniquement (3ème cycle) et me semble un cocktail jazz/rock que certains flûtistes adolescents consommeront sans modération… »

« Soir de lune » : (Christine Marty-Lejon et Jean-Claude Soldano)
Rythmiquement et techniquement assez simple…De caractère rêveuse, ce morceau est destiné aux élèves de 2ème ou 3ème année de flûte… »

« Pique-nique » : (Jean-Bernard Plays et Christophe Gras)
« ….En deux parties…Collation et Festin…Tout cela est très simple et bien tourné et peut se jouer avant la fin de la 1ère année d’étude… »

Recueil thématique :

« La flûte traverse les styles, volumes 1 et 2″ : (François Lutz)
« …Le procédé est simple ; inventer de courtes vignettes musicales pour le 1er cycle à la manière de…Ici le résultat est parfait (pour les enfants) et amusant (pour les adultes).Ces deux volumes couvrent le baroque, le classique, le romantisme… »

Quatre flûtes :

« La belle au bois dormant » : (Myriam Hyolle)
« …A tempo soutenu, les deux premières flûtes tissent un fluide accompagnement arpégé legato soutenu par la flûte en sol, après quelques mesures, entre la 3ème flûte dont la mélodie flotte au dessus de l’ensemble…Puis la 1ère flûte, soutenu par les autres, s’élance dans un solo et les arpèges s’égrainent…Et reparait la mélodie dans un temps suspendu, irréel.La musique de ce court quatuor illustre habilement et de façon convaincante la magie que l’on attend à l’évocation de ce conte… »

HAUT